Fin 2015, la 21ème conférence sur le climat (COP21) se tiendra à Paris. Ce rendez-vous crucial doit aboutir à un accord applicable dans chaque pays. Mais comment parler de ces enjeux plus clairement ? Sans créer d’anxiété ? Sans cantonner l’écologie à une idéologie ? En créant de l’envie et du désir de changement ?

Là est toute l’ambition du projet Place to B : créer une dynamique pour construire un nouveau récit. En mobilisant des narrateurs du monde entier : bloggeurs, journalistes, photographes, vidéastes, dessinateurs, designers, artistes, youtubers… Place to B souhaite mettre à profit l’usage des médias au service de la lutte contre le changement climatique.

A Toulouse, l’agence ICOM s’est associée à l’initiative lancée à Paris par Anne-Sophie Novel, blogueuse et journaliste pour relayer l’événement sur le territoire. De nombreuses initiatives sont prévues : journal spécial climat avec l’hebdo « le Journal Toulousain » montrant les solutions locales ; temps d’antenne sur les radios locales avec des journalistes qui feront bénévolement un « journal du climat» en invitant des experts. Un serious game avec l’association les Petits débrouillards reproduisant les négociations de la COP21 ; ou encore des Masters class du climat pour se former aux techniques d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. Mais l’événement à ne pas manquer selon moi est « le Grand Procès de la RSE «  qui se tiendra le 3 décembre prochain !

Capture d’écran 2015-10-18 à 19.51.51Lors d’une journée, le Grand Procès de la RSE propose de répondre à ces nombreuses questions. Au cours de ce procès animé par son président Jacques Igalens (Professeur spécialiste de la RSE à l’IAE Toulouse), la RSE se verra inculpée de trois chefs d’accusation :

  • RSE, frein à la création de valeurs ? La RSE est accusée ici  de détourner l’entreprise de son véritable objectif : la création de valeur(s). Voir détail ICI
  • RSE, une utopie trop contraignante ? La RSE est accusée ici d’être une vision utopique impliquant une réglementation contraignante au détriment de démarches volontaires. Voir détail ICI
  • RSE, un alibi pour les entreprises ? La RSE est accusée ici de n’être qu’un alibi pour donner bonne conscience aux entreprises qui s’en emparent de manière opportuniste. Elles ne se donnent pas véritablement les moyens d’engager une démarche sincère. Voir détail ICI

Pour agrémenter le tout, experts, témoins à charge et à décharge viendront témoigner à la barre pour débattre du verdict à prononcer. Le Grand Procès de la RSE est donc l’occasion de se faire sa propre opinion sur le sujet, à travers les critiques et prises de positions diverses mais c’est aussi l’occasion d’exprimer cette opinion, grâce au vote du public et des jurés, déterminant si, finalement, la RSE est coupable ou non !

Pour participer à ce grand rendez-vous, inscrivez-vous ! 

Plus d’informations : http://www.grand-proces-rse.fr