plage_inside

Il y a 60 ans durant l’hiver 54, l’Abbé Pierre lançait un appel en faveur des sans abris. Nous fêtons aujourd’hui un bien triste anniversaire de ce désormais célèbre cri d’alarme du fondateur des communautés d’Emmaüs, puisque la Fondation Abbé Pierre dans son dernier rapport sur l’état du mal logement en France évoque « un élargissement et une accentuation de la crise du logement ».

Une situation qui ne cesse de s’aggraver…

Elle estime à 3,5 millions le nombre de personnes confrontées au mal-logement, et à plus de 10 millions les personnes touchées par la crise du logement.

On compte notamment 141.500 sans-abri, soit une progression de 44 % par rapport à l’enquête de 2001. Parmi elles, on recense 81 000 adultes accompagnés de 30 000 enfants, qui ont utilisé au moins une fois les services d’hébergement ou de restauration dans les agglomérations de plus de 20 000 habitants, auxquelles s’ajoutent 8 000 sans-domicile dans les communes rurales et petites agglomérations, ainsi que 22 500 personnes en centres d’accueil pour demandeurs d’asile.

Les solutions de fortune (caravanes, baraques de chantier, locaux agricoles, …) « gagnent des territoires de plus en plus éloignés des villes », sans compter « la réapparition de situations que l’on croyait disparues, telles que les bidonvilles » à la périphérie des villes, dans des terrains vagues ou sous des échangeurs autoroutiers.

Le poids des dépenses de logement de plus en plus lourd…

Aujourd’hui 1,735 million de personnes attendent un logement social. La propriété reste un luxe de riche… Les plus modestes doivent se contenter de plus en plus de logements locatifs (56%) à l’inverse des plus riches (20%) (selon l’Observatoire des inégalités). Le rapport de la Fondation met également en cause « une hausse non régulée du coût du logement », avec des loyers qui ont augmenté de 55 % en 13 ans, et une situation socio-économique qui continue de se dégrader.

Ainsi des enfants adultes se retrouvent contraints de revenir chez leurs parents ou grands-parents, faute de pouvoir accéder à l’autonomie résidentielle (soit 282 000 enfants de plus de 25 ans)  ainsi que les personnes âgées de 60 ans ou plus, qui sont hébergées chez un tiers suite à une rupture familiale, un deuil, des difficultés financières ou de santé (soit environ 50 000 personnes). Au total, ce sont donc 411 000 personnes qui sont contraintes à l’hébergement chez un tiers, faute de solution de logement adaptée à leurs besoins.

52% des Français avouent faire des concessions. La réalisation des travaux, les loisirs et les vacances sont les premiers chantiers reportés. 39% préfèrent rester chez leurs parents et 31% sont ouverts à la colocation. Le train de vie, la baisse du confort, et le temps passé en famille sont également au rang des secteurs sacrifiés. Sans oublié que le logement peut également devenir un obstacle à l’emploi, il constitue un frein au recrutement (trop loin, dans des quartiers stigmatisés), ou à la mobilité.

Enfin 2 778 000 personnes vivent dans des logements inconfortables (2.1 millions de personnes) ou sur- peuplés (800 000 personnes).

Zoom sur l’opération de sensibilisation « Tweet 2 rue »

En octobre dernier La Fondation Abbé Pierre, France Inter, Génération réactive et la Fondation Agir Contre l’Exclusion 93 lançaient « Tweet 2 rue ».

Cinq hommes sans abri accueillis dans une des 30 Boutiques Solidarité que compte le réseau de la Fondation Abbé Pierre se sont vues remettre un téléphone portable leur permettant de tweeter afin de partager leur quotidien à la rue en 140 caractères. Evoquer en courts messages leur détresse, leurs joies, leurs envies ou tout simplement leur désir d’échanger avec d’autres personnes pour sortir de la solitude et de l’indifférence. Une façon originale de sensibiliser et de déclencher des conversations avec des personnes qui normalement n’auraient jamais interagit avec eux. C’est aussi tout simplement leur permettre de partager leur réalité de façon non stigmatisante. Développer de nouvelles solidarités….

N’hésitez pas à les suivre sur Twitter : Nicolas : @nickopompons  / Sébastien : @DjamaikaPtiseb / Ryan : @usher226 / Patrick : @kanter57640 / Manu : @115toimeme  Le Hashtag : #tweets2rue

Indignons-nous !

Le phénomène du mal logement est encore plus visible dans les grandes villes. Combien de personnes sans-abris croisons-nous chaque matin sur notre chemin au point de ne même plus les voir ? Combien de pratiques illégales, ou d’abus de la part de propriétaires peu scrupuleux avons-nous eu l’occasion de constater autour de nous ? Combien d’obstacles, que dis-je de montagnes à soulever avant de pouvoir simplement se loger dans de bonnes conditions ? Pour ma part, cela fait 14ans que je suis à Paris, 14ans à ne pas réussir à franchir le cap des plus de 20m2, et pourtant je n’ai pas la situation la plus à plaindre… je n’ose imaginer le combat qu’il représente chaque matin pour ces 3,5 millions de Français. Chers amis indignons-nous face au mal logement !

Informations : http://www.fondation-abbe-pierre.fr/