C’est LE buzz de la semaine dernière :  le géant américain des jouets Mattel compte lancer l’an prochain une poupée chauve pour soutenir les enfants soumis à un traitement contre le cancer. A l’origine de ce projet deux femmes : Rebecca Sypin et Jessica Bingham, deux américaines qui se sont donné pour objectif de convaincre Mattel de sortir une Barbie chauve. Si au départ, l’entreprise les ont gentiment remercié en indiquant qu’ils ne prendraient pas en compte ce projet, Mattel a vite changé d’avis lorsque celles-ci ont mobilisé sur les réseaux sociaux : 155 000 soutiens sur la page facebook feront plier l’entreprise californienne. Leur slogan ? Bald is Beautiful. Les petites filles qui n’ont pas de cheveux ne devraient pas pour autant cesser de considérer qu’elles sont belles.

J’ai d’abord était séduite par l’annonce, mais en y regardant de plus près j’ai été de plus en plus sceptique vis à vis de l’initiative et mon avis reste mitigé… D’abord parce qu’on apprend que les poupées en question seront données directement dans les hôpitaux aux enfants atteints de la maladie. « Nous avons décidé de ne pas mettre en vente ces poupées pour en tirer un quelconque profit, mais plutôt de les donner directement aux enfants qui peuvent le plus bénéficier d’activités ludiques » avec ces jouets, a indiqué à l’AFP Alan Hilowitz, un porte-parole de Mattel. A priori plutôt louable comme intention, sauf que instinctivement je me dis que si Mattel veut vraiment jouer un rôle en matière de sensibilisation, elle aurait tout intérêt à mettre en vente aussi la fameuse Barbie auprès du grand public au même titre que les autres poupées. A la manière d’un produit partage, on pourrait alors imaginer qu’une partie ou l’intégralité des ventes seraient reversées au profit d’associations luttant contre le cancer.

Ensuite, je me dis que le jeu pour ces enfants hospitalisés représente un moment d’évasion, de rêve, d’imagination où les scénarios les plus fous peuvent se réaliser et où a priori la maladie n’a plus sa place. Aussi, est-ce réellement judicieux d’offrir cette Barbie chauve à des enfants malades ? Alors oui la poupée en question disposera de sa propre panoplie d’accessoires avec des perruques, des foulards, des chapeaux et plein d’autres accessoires de mode, c’est une bonne manière de dédramatiser la maladie. Mais peut être qu’en plus Mattel aurait pu leur offrir pour aller plus loin dans son action toute la collection : cabriolet, cheval, autres barbies de tout style, robes… ça aurait été tout de même plus sympa non ?! (Mais sans doute trop cher…)

Enfin, j’apprends que cette poupée ne sera qu’une « friend of Barbie », et pas Barbie elle-même !! Super les gars, quand on apprend ça on se dit que ça vallait vachement le coup de sortir une poupée chauve ! On imagine alors que la jolie blonde est beaucoup trop bien pour avoir le cancer, par contre avoir une cop’ cancéreuse, ça c’est trop in ! Ca ne fait que rappeler que l’entreprise continue de vendre à nos petites filles, nos nièces, nos soeurs des modèles de beauté complètement stéréotypé à des années lumière de la réalité. Des mensurations inhumaines, une chevelure d’or et des yeux bleus : il serait peut être temps d’adapter et de faire subir quelques transformations à la demoiselle non ?!  Et pourquoi pas tant qu’à faire aller plus loin et s’attaquer à d’autres causes ? A quand Barbie en surpoids ? A quand Barbie avec prothèse ou en fauteuil roulant ?

Bref il y a encore du boulot…. On notera cependant que cette action sur-médiatisée a eu en tous les cas le mérite de mettre sur la table le sujet du cancer et de sa représentation.

Publicités