Comme vous le savez, 8 est une oeuvre collective composée de 8 courts métrages traitant des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), fixés par les dirigeants du monde entier (191 gouvernements) lors du Sommet du Millénaire de septembre 2000.

Une oeuvre significative réalisée par de grands noms du cinéma : Gaël Garcia Bernal, Abderrahmane Sissako, Mira Nair, Gus Van Sant, Jan Kounen, Gaspar Noe, Jane Campion et Wim Wenders. 8 réalisateurs remarquablesréunis pour défendre à travers leur art les 8 objectifs à atteindre d’ici 2015 :

 

  1. Réduction de l’extrême pauvreté et de la faim
  2. Assurer l’éducation primaire pour tous
  3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
  4. Réduire la mortalité infantile
  5. Améliorer la santé maternelle
  6. Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies
  7. Assurer un environnement durable
  8. Mettre en place un partenariat mondial pour l’environnement

2015?! C’est demain! Le temps presse! Il nous faut vite sensibiliser et mobiliser un public de plus en plus large pour espérer atteindre ces objectifs. Pour cela, les réalisateurs de 8 ont décidé de passer le relais à des réalisateurs amateurs. Avec le concours « Act Now! », sur le thème  » Et vous ?…comment voyez-vous le monde aujourd’hui ? », tous ont été invités à mettre en scène et défendre leur propre vision, en choisissant l’un des objectifs du millénaire.

Dans le cadre de l’opération, Danone Communities en tant que partenaire, a proposé aux blogueurs de procéder à leur propre sélection et de voter en choisissant leurs 3 films préférés. Et c’est là que j’entre en scène!

Ci-dessous mon petit trio de tête parmi les 16 courts métrages retenus.

 

3ème place : I téliya de Fatou Diarra

Point de départ : un avocat ambitieux et sa secrétaire de cabinet, une promotion, une semaine de vacances bien méritée et voilà que Fatou Diarra nous emmène au Mali et nous bouleverse.

J’ai aimé la subtilité avec laquelle le thème de la mortalité infantile est abordé. Beaucoup de pudeur, presque de la douceur, lorsque ces femmes et leurs enfants tour à tour apparaissent à l’écran sur fond de chants maliens qui ravivent notre émotion. Remarquable également ce contraste entre deux scènes de vie « quotidienne » : celle d’un homme avec ses habitudes de vie, une carrière professionnelle, des exigences (en voyant les rapports non terminés, « le temps presse » nous dit-il, joli clin d’oeil!), en bref une vie confortable comme on n’en voit tous les jours… et celle de ces femmes qui dans la pauvreté sans un mot, sans une larme, perdent leur enfant et vivent cette épreuve comme un moment ordinaire.

On notera enfin cette manière astucieuse de mettre en scène le temps qui passe, ce temps contre lequel il nous faut nous battre pour sauver ces vies :

« Attendu que toutes les 3 secondes, une mère perd un enfant de moins de 5ans, attendu que chaque minute 20 familles perdent un enfant, attendu que chaque jour plus de 28 000 enfants meurent, attendu que chaque année il y a plus de 10 millions de victimes de mortalité infantiles… le temps presse! »

I téliya : un film qui fait réfléchir et vous donne une furieuse envie d’agir.

 

2ème place : Titanic by J.B Nicolas&F.Tapiro

Ici, le remake d’une scène culte du film qui a explosé le box office : Titanic. Tout le caractère dramatique de cette histoire repose sur cette collision entre le paquebot légendaire et l’iceberg. Mais voilà, que se passe-t-il lorsque l’iceberg est réduit à un ridicule glaçon…? « Le changement climatique, c’est pas du cinéma! »

Point fort de ce film : l’humour. Cette idée que l’on peut aussi sensibiliser et défendre des sujets graves avec légèreté. Communiquer sur ces causes, on l’oublie trop souvent c’est aussi d’abord un plaisir, l’expression de la créativité, de l’imagination, que l’on souhaite faire partager. OUI on peut aussi défendre ses objectifs avec le sourire, pas besoin d’être dramatique et ennuyeux pour faire être pris au sérieux.

On notera également l »efficacité du message : court et impactant. En reprenant judicieusement les codes d’un film extrêmement connu et populaire, il permet de toucher un large public. Un atout non négligeable.

 

1ère place : Amal de Ali Benkirane

En haut du podium : Amal de Ali Benkirane. Un film surprenant, touchant, qui allie une très belle mise en scène à des messages forts. Le film parle de lui même, pas besoin de voix off, de slogans, de données chiffrées… Ici le superflu n’a pas sa place : appréciez la beauté des paysages, tirez des leçons de cette vie de famille ordinaire, et admirez cette petite fille qui ne rêve que d’une chose : « devenir médecin pour soigner les gens qu’elle aime ».

Mais voilà l’espoir que caresse Amal, est compromis. La jeune fille si heureuse de se rendre à l’école chaque matin en dépit du long chemin à parcourir, voit un soir son rêve s’écrouler lorsque sa mère avec une douceur déconcertante lui annonce la terrible nouvelle : il lui faudra désormais rester à la maison. « Ma fille tu as beaucoup étudié crois-moi, que Dieu t’apporte un bon mari ».

C’est un film plein d’émotion, qui nous touche, nous fait rire et nous révolte. Vous l’aurez compris, il s’agit ici de défendre l’accès à l’éducation primaire pour tous. Mais pas que, et c’est précisément ce qui le distingue très nettement des autres films concurrents.

On parle ici d’éducation, mais aussi implicitement de :

– l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes : le petit Mhamed lui pourra poursuivre ses études, tandis que sa soeur n’a plus qu’à espérer qu’un mari attentionné prendra soin de son avenir ;

– l’amélioration de la santé des mères et des enfants : on devine à travers le rêve d’Amal, sa crainte de n’avoir personne pour s’occuper et soigner les gens qu’elle aime;

– la réduction de la pauvreté : car on comprend bien à travers ce film que si les parents d’Amal ne la laisse plus aller à l’école, c’est parce qu’ils n’ont pas d’autres choix.

 

 

Petit bémol toute fois, ce court métrage date un peu… Si ce film vous dit quelque chose, rien de plus normal. Cette annonce a été diffusée en 2009 par l’Ademe et le Ministère du développement durable dans les salles de cinéma. Vous aviez peut être déjà vu également le deuxième opus, réalisé à la manière d’une bande-annonce hollywoodienne consacré à Tarzan : un héros parti à l’aventure dans une jungle qui n’est plus tout à fait ce qu’elle était.